Chemin de Croix médité

27 mars 2016

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Envoyer le code par e-mail Imprimer

À l’approche de la Semaine Sainte méditons ensemble le chemin de Croix pour faire mémoire de la passion du Christ pour nous. Ce chemin de Croix médité est issu de la revue n° 279 de Chemin d’Éternité (mars-avril 2017). Vous pouvez le télécharger pour l’imprimer en bas de cette page.


1ère station : Jésus est condamné à mort

« Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense ; qui donc me condamnera ? » Is 50, 9

Jésus, amour désarmé, tu te dessaisis de ta vie dans un don librement consenti, annulant toutes nos résistances à l’amour de Dieu et brisant l’enfermement de toutes nos violences.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Brûle leurs péchés au feu de ta miséricorde, et fais-les entrer dans ton alliance d’amour et de liberté.

 

2e station : Jésus est chargé de sa croix

« La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit. » Ez 34, 16

Jésus, c’est toi le bon berger : tu connais tes brebis une à une, tu veilles sur chacune d’entre elles, tu pars à la recherche de l’égarée, tu la portes sur ta croix et la ramènes au bercail, dans la maison du Père.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. De la rive d’éternité où tu les attends avec la patience de ton amour infini, appelle-les par leur nom, et introduis-les dans la joie des retrouvailles avec le Père.

 

3e station : Jésus tombe pour la première fois

« Et maintenant, je suis prêt de tomber, ma douleur est toujours devant moi. » Ps 37,18

Jésus, faiblesse toute puissante de l’amour, tu avances déterminé au devant de ta mort, comme pressé par un grand désir de nous entraîner dans ta victoire. Rien – ni le péché, ni la haine, ni la mort – ne peut arrêter l’amour fou de Dieu pour ses enfants !
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Que nos frères qui vivent le combat de l’agonie, puissent trouver en toi la force de choisir l’amour jusqu’au bout.

 

4e station : Jésus rencontre Marie, sa mère

« Ce que je vis aujourd’hui dans la chair, je le vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi. » Ga 2, 20

Jésus, Fils de Marie, sur ton chemin de souffrance, tu trouves une consolatrice : Marie, ta mère. Elle n’est qu’une avec toi dans ton mystère de compassion. Elle participe à la même blessure d’amour de ton cœur et,  dans sa foi, son espérance et sa charité, elle complète et achève le mystère de ta croix.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Donne à ceux qui sont en purgatoire la grâce du réconfort de la présence aimante de ta mère.

 

5e station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

« Dans la mesure où vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera. » 1P 4, 13

Simon de Cyrène n’avait pas choisi de porter ta croix. Réquisitionné, il se retrouve malgré lui sous son poids. Mais là, tout près de toi, il reçoit la grâce qui l’arrache à lui-même, le rend disponible pour te soulager, dilate son cœur et lui fait goûter la joie parfaite.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts.
Prends-nous avec toi sous ta croix, et fais-nous brûler du désir d’attirer, par nos prières et nos sacrifices, toutes les âmes au ciel.

 

6e station : Véronique essuie la Face de Jésus

« C’est ta face, Seigneur, que je cherche : ne me cache pas ta face. » Ps 26, 9

Ô Jésus, le plus beau des enfants des hommes ! Sous l’épine, les larmes et le sang, c’est bien toi mon Seigneur, mon Sauveur et mon Dieu ! Ton visage meurtri me dévoile la laideur de mon péché, mais je vois filtrer dans ton regard doux et humble le pardon et l’amour inconditionnel de Dieu.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Libère-les de toute honte, de toute peur de s’approcher de toi. Donne-leur de puiser dans ton regard la lumière de l’amour qui les fera traverser la nuit de toutes les angoisses.

 

7e station : Jésus tombe pour la deuxième fois

« Mon âme est collée à la poussière ; fais-moi vivre selon ta parole. » Ps 118, 25

Jésus, Lumière qui dissipe toutes ténèbres, tu es descendu dans les profondeurs les plus obscures de nos tentations et de nos fautes, non pour nous juger, mais pour nous remettre debout et nous faire reprendre le chemin de la grâce.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Entends le cri de ton Église qui souffre en purgatoire, et comble son attente de la pleine délivrance.

 

8e station : Jésus console les femmes de Jérusalem

« Ainsi parle le Seigneur : retiens le cri de tes pleurs et les larmes de tes yeux. Car il y a un salaire pour ta peine, oracle du Seigneur. » Jr 31, 16

Jésus, vrai consolateur, malgré ta souffrance, tu trouves encore la force de te tourner vers ces femmes qui te suivent. Tu les exhortes à ne pas demeurer sous le voile du deuil, et à faire de leurs pleurs un moyen pour s’unir à ton cœur blessé et participer au mystère douloureux de l’enfantement du monde à la vie nouvelle.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts.
Donne-leur les larmes du vrai repentir.

 

9e station : Jésus tombe pour la troisième fois

« Oui, mes péchés me submergent, leur poids trop pesant m’écrase. » Ps 37, 5

Jésus, nos ténèbres pèsent lourdement sur tes épaules, mais l’amour est un contrepoids sans mesure qui emporte et couvre la multitude des péchés.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Que le poids de nos souffrances transfigurées par ton amour soit passage vers la vie en plénitude pour les âmes en purgatoire.

 

10e station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

« De la plante des pieds à la tête, plus rien n’est intact : partout blessures, contusions, plaies ouvertes, qui ne sont ni pansées, ni bandées, ni soignées avec de l’huile. » Is 1, 6

Jésus, doux et humble de cœur, tes vêtements arrachés ravivent tes douleurs et laissent apparaître, aux yeux de tous, ta faiblesse extrême. Mais, dans ta liberté infinie, tu n’as nul besoin de paraître. Le mal, qui  déferle sur toi, ne trouve en toi aucune violence qui lui résiste mais se trouve réduit à l’impuissance par le feu de l’amour qui brûle au-dedans de toi.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Donne-leur la force de consentir au dépouillement de la mort, pour communier à la vraie vie et recevoir les vraies richesses, celles du Royaume.

11e station : Jésus est cloué sur la croix

« Insulté, il ne rendait pas l’insulte, dans la souffrance, il ne menaçait pas, mais il s’abandonnait à Celui qui juge avec justice. » 1P 2, 23

Étendu nu sur la croix, livré aux railleries et mépris des foules, abandonné de tous, exposé comme un être sans défense, tu acceptes tout dans le silence de l’amour. Et la force irrésistible de ta douceur et de ton humilité vient briser en nous l’orgueil qui nous retenait loin de toi.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Dans tes blessures, cache-les ; couvre-les de ton sang divin ; purifie-les de tout péché. Ne permets pas qu’ils soient séparés de toi.

12e station : Jésus meurt sur la croix

« Nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. » 1Co 1, 23-24

Jésus, source de vie, voici l’heure de l’amour extrême. Ayant déjà tout donné, l’épée transperce encore ton corps déjà mort, laissant jaillir de ton cœur, comme une ultime parole d’amour, l’eau et le sang de la miséricorde qui crie la victoire de l’amour, toujours plus fort que la mort.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Accorde à nos frères agonisants de mettre toute leur espérance en ta croix glorieuse et de trouver en elle la force de murmurer, au creux de l’obscurité la plus profonde, leur cri de louange à l’amour vainqueur.

13e station : Jésus est détaché de la croix

« Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. » Ps 26, 13-14

Marie, tandis que tu tiens ton enfant mort dans tes bras, tu fais mémoire de tous les événements de sa douloureuse Passion. Tout semble fini, toute espérance déçue, mais dans ton cœur reviennent les paroles de l’ange de l’Annonciation : « Sois sans crainte, Marie… Ton fils régnera… et son règne n’aura pas de fin… rien n’est impossible à Dieu. »Alors, dans ta foi pure et nue, une soif envahit tout ton être dans l’attente de voir la réalisation de la promesse de Dieu : faire surgir la vie là-même où la mort fait son œuvre.
Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nos frères défunts. Donne-leur le bonheur de pouvoir contempler dans la gloire les blessures transfigurées de ta Passion, rappelant jusqu’où tu nous as aimés.

14e station : Jésus est mis au tombeau

« Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair   elle-même repose en confiance : tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. » Ps 15, 9-10

Jésus, semence de vie enfouie dans la terre, tu ne resteras pas prisonnier du tombeau. Broyé, humilié, tu retournes dans le sein du Père, envahi par son amour, lumière de la vie éter­nelle.
Agneau vivant, sois le flambeau de nos frères défunts. Toi seul peux les conduire au jour sans déclin de ton paradis.

 

Chemin de croix médité (PDF)

Articles les plus lus

Prière à Notre-Dame Libératrice

Notre-Dame Libératrice Prends en pitié tous nos frères défunts, spécialement ceux qui ont le plus besoin de la miséricorde du Seigneur. Intercède pour tous ceux qui nous ont quittés afin que s’achève en eux l’oeuvre de l’amour qui purifie. Que notre prière, unie à celle […]

Lire l'article

Notre Père de sainte Mechtilde pour les âmes du purgatoire

Notre père, qui es aux cieux… Je t’en prie, ô Père céleste, pardonne aux âmes du purgatoire, car elles n’ont pas aimé ni rendu tout l’honneur qui t’est dû, à toi, leur Seigneur et Père, qui par pure grâce, les as adoptées comme tes enfants, mais elles, au […]

Lire l'article

A voir aussi

Inscription à
la fraternité

>

Poursuivez la lecture

Psaume 126

Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain ; si le Seigneur ne garde la ville, c’est en vain que veillent les gardes. En vain tu devances le jour, tu retardes le moment de ton repos, tu manges un pain de […]

Lire l'article

Quinzaine du Ciel 2018 : Prenons soin de nos Défunts !

Prenons soin de nos défunts : tel est le thème de la Quinzaine du Ciel au Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon. 5 Pèlerinages, 2 Sessions Cinq grands pèlerinages se succèderont, du 1er au 18 novembre, avec des prédicateurs de choix. Parallèlement seront proposées deux sessions : une session […]

Lire l'article

Le regard levé vers Marie !

Le découragement est une tentation qui nous guette tous : lorsque la maladie ou le conflit s’installent durablement en nos vies, lorsque l’usure vient laminer notre bonne volonté, lorsque l’Église est salie par les scandales et porte un contre-témoignage, alors peut surgir cette question lancinante : à […]

Lire l'article
S’inscrire à la newsletter