La basilique

                    Le titre de « basilique »

Le titre honorifique de « basilique » est décerné par le Pape afin de mettre en valeur une dévotion particulière entraînant un mouvement conséquent de pèlerinage. À Montligeon, le curé du village fit construire cette église pour que les fidèles viennent y prier pour leurs défunts et les âmes du purgatoire. Depuis cette date, il y a en effet non seulement de grands mouvements de pèlerinage, mais également un élan mondial de prière pour les défunts. Le 29 août 1928, le Pape a donc donné le titre de basilique à cette église dédiée à Notre-Dame Libératrice. Elle arbore alors les armoiries du Souverain Pontife de l’époque et est ornée de l’Ombrellino (pavillon) aux couleurs pontificales et du Tintinabulum (clochette de procession).



                    Architecture et construction


La Basilique en construction

La basilique de Montligeon est de style néo-gothique. La première pierre est posée le 4 juin 1896 par Mgr Trégaro et l’église est livrée au culte le 31 mai 1911 après avoir été bénie par Mgr Buguet. La consécration solennelle a lieu le 28 août 1928 par Mgr Pasquet, évêque de Séez. La taille impressionnante de la basilique (74 m de long pour 32 m de large au transept, et deux clochers de 60 m de hauteur) lui a valu le surnom de « cathédrale dans les champs » !

 

 

                    À ne pas manquer


L'obituaire rassemble les noms des membres de la Fraternité 

L’obituaire :

L’obituaire est la grande armoire dans laquelle sont rangés les registres où sont inscrits les noms de tous les membres de la Fraternité spirituelle.




 

Le maître-autel


Le maître-autel : 

Réalisé par le sculpteur Biron, il est constitué de 933 pièces de marbre et pèse 32 tonnes. Il a été consacré le 15 août 1919, en la fête de l’Assomption.

 

 

 

 

Statue de Notre-Dame Libératrice

 

La statue de Notre-Dame Libératrice :

Elle surmonte le maître-autel et a été sculptée à Rome par Maître Tadolini. Elle mesure 3 mètres 70 et pèse 13 tonnes. Voir la suite



 

 

                                               Les mosaïques :


La totalité du sol de la basilique est recouvert d’une mosaïque de 1400 m
2, œuvre de la maison Simons du Cateau. Dans le transept sud, une mosaïque murale est dédiée à saint Joseph, patron de la bonne mort, protecteur des familles et des travailleurs. Il rappelle la double préoccupation de l’abbé Buguet : faire prier pour les défunts et donner du travail à l’ouvrier.


Le transept nord, dédié au Sacré Cœur est également décoré d’une mosaïque murale. Le Sacré Cœur y repose sur la source de la vie. De nombreux saints l’entourent : saint Jean l’évangéliste, sainte Marie-Madeleine, saint Bernard, saint Jean-Eudes, apôtre de la dévotion au Sacré Cœur, sainte Marguerite-Marie et sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.

 


Les vitraux 

 

Les vitraux :

Les vitraux ont été posés entre 1912 et 1978 par les maîtres verriers Muraire, Louis Barillet, Mme Lechevallier et Hansen. Ils offrent un beau panorama de l’évolution de cet art au XXe siècle. Voir la suite