Les Ateliers Buguet

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Envoyer le code par e-mail Imprimer

Installés dans les anciens locaux de l’imprimerie de Montligeon, les Ateliers Buguet en sont aussi les héritiers et se nourrissent de la pensée sociale de l’Église.


Petite histoire des Ateliers Buguet

L’héritage de l’imprimerie de Montligeon

En 1888, l’abbé Buguet, soucieux de donner du travail à ses paroissiens, démarrait une petite activité d’imprimerie dans son presbytère. Ce n’est que plus tard qu’un bâtiment dédié verra le jour. La première presse à main qu’il acheta permit d’imprimer les bulletins de la toute jeune Association pour la délivrance des âmes du purgatoire et donc de diffuser plus largement le message de l’Œuvre.

L’abbé Buguet concrétisait ainsi son intuition originelle :

« Je cherchais à concilier ce double but : faire prier pour les âmes délaissées […] et, en retour, obtenir par elles le moyen de faire vivre l’ouvrier. […] C’était une délivrance mutuelle. »

L’imprimerie de Montligeon, parallèlement à l’œuvre spirituelle, connaît un essor inespéré. Elle emploie 31 ouvriers dès 1894 et jusqu’à 200 en 1988, et s’étend sur 10 000 m2, à quelques pas de la basilique.

De l’imprimerie aux Ateliers Buguet

En 2009, le déménagement de la production à quelques kilomètres de La Chapelle-Montligeon laisse une friche industrielle immense, et un vide dans l’Œuvre de Montligeon.

En 2011, la rencontre avec un industriel local, soucieux de donner du sens à son activité, permet de jeter les bases d’un projet redonnant vie à ces bâtiments. C’est ainsi qu’en juin 2012, les Ateliers Buguet naissent avec l’installation de la première entreprise.

La doctrine sociale de l’Église au cœur des Ateliers Buguet

Principes des Ateliers Buguet

Les Ateliers Buguet regroupent des artisans et entrepreneurs dans un esprit mutualiste et solidaire. Favorisant la mise en commun des compétences, idées, matériel de chacun, ce village d’artisans vise à apporter sa pierre au développement et à la pérennisation de l’emploi en profitant au mieux des lumières de la doctrine sociale de l’Église. Cela doit notamment se traduire par une solidarité active entre artisans où chacun se sente lié aux autres par les services rendus ou à rendre et qui n’ont pas leur équivalent exact en monnaie. L’argent ne saurait être le régulateur absolu des échanges au risque sinon de faire perdre la fraîcheur et la richesse de la vie sociale.

Les Ateliers Buguet veulent aussi replacer l’homme au centre de la vie de l’entreprise et casser ainsi la logique du profit à n’importe quel prix. Les artisans sont pour cela encouragés à créer de l’emploi, former des stagiaires et apprentis, accueillir les personnes en reconversion professionnelle ou en recherche d’emploi…

La Règle d’or

Cette règle d’or veut offrir à chacun des artisans un cadre qui, loin de les enfermer, doit permettre à tous de tendre toujours davantage vers une plus grande cohérence et un meilleur épanouissement en formalisant un certain nombre d’actions concrètes. Elle est signée au moment de l’installation. (voir en pièce jointe en bas de page)

Un succès à double tranchant

Les Ateliers Buguet sont un concept qui intrigue et qui séduit : la liste d’attente pour s’y installer s’allonge, mais il est nécessaire, pour accueillir de nouveaux adhérents, d’entreprendre des travaux importants.

De même, les artisans des Ateliers Buguet accueillent du public, de la Chambre de Commerce à l’école municipale, en passant par les curieux du samedi. Les portes ouvertes annuellesrencontrent aussi un vrai succès, et le premier colloque organisé par les Ateliers Buguet a réuni une trentaine de personnes.

Cette originalité a été récompensée en 2014, lors du Concours régional de l’Innovation, puisque les Ateliers Buguet ont remporté le premier prix dans la catégorie « Innovation et Société ».

Nous avons de nombreux projets pour réhabiliter entièrement les locaux de l’imprimerie : boutique, salles de réunion, espaces de convivialité… Nous voulons aussi développer la filière du tourisme d’entreprise. Pour en savoir plus, un dossier de presse est à votre disposition, sur demande.

Vous pouvez aussi visiter notre page Facebook et nous aider à la faire connaître !

S’inscrire à la newsletter