Comment se préparer à la mort ?

28 avril 2021

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Envoyer le code par e-mail Imprimer

Aujourd’hui la mort semble avoir disparu de notre paysage. Même en plein cœur d’une crise sanitaire inédite, elle est abordée du point de vue technique, scientifique, statistique, mais pas existentiel. On ne pense pas à notre mort ou à notre finitude, pourtant une chose est certaine : un jour je mourrai. Et si le fait de l’affronter nous permettait de vivre ? Au micro de Guillaume Desanges pour RCF Orne, don Paul Denizot explique comment se préparer à la mort. 

Comment se préparer à la mort ?

Se préparer à la mort, c’est d’abord ne pas la cacher

Nous sommes souvent mal à l’aise face à des personnes fragiles, malades ou vieillissantes. Elles nous rappellent notre propre finitude. Se préparer à la mort, c’est justement ne pas craindre la faiblesse, la fragilité, la vieillesse.  

Deux lieux peuvent d’ailleurs nous aider à ne pas nous voiler la face : les cimetières et la nature. Il nous ramènent au réel. Les tombes me rappellent que moi aussi je vais mourir un jour. La nature pour sa part me manifeste des cycles de la vie et de la mort, la finitude des créatures.

Se préparer à la mort, c’est aussi parler de la mort

Parler de la mort, c’est parler de nos défunts en famille, entre amis, aux enfants. C’est aussi consentir à l’angoisse que nous ressentons naturellement par rapport à notre propre mort. Parler de la mort, c’est nous rappeler que nous allons vivre ce passage, cette pâque. 

Se préparer à la mort, affronter cette issue, nous aide à vivre le présent en nous rappelant que ce nous possédons, ce que nous sommes, nous l’avons reçu. Au moment de notre propre mort, nous ne pourrons plus nous raccrocher à nos diplômes, à nos propriétés, nos finances ou à nos qualités.

Qu’est-ce que la bonne mort ?

La bonne mort c’est mourir entouré

La bonne mort c’est mourir entouré. Notre vie comme notre mort portent une dimension communautaire. Aujourd’hui malheureusement, la mort est privée. On meurt souvent seul, en privé.

Mais la mort devrait être publique ! C’est humain de mourir en présence de sa famille et de ses proches. C’est aussi humain d’accompagner le défunt (veillée, cimetière) par des rites et des symboles, de vivre le temps du deuil. 

Chrétiens, nous croyons que nous ne sommes pas seuls lors de ce passage : la Vierge Marie et les saints nous entourent dans une communion invisible.

La bonne mort c’est être prêt

Que l’on meure au soir de sa vie ou bien fauché dans la fleur de sa jeunesse, que l’on meure dans son sommeil ou dans une agonie lente et douloureuse, la bonne mort, c’est être prêt, ouvert à l’amour. 

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus disait : « Ce n’est pas la mort qui viendra me chercher, c’est le Bon Dieu. » La mort est une rencontre avec Celui qui nous aime et qui nous sauve. Il s’agit donc d’être prêt à l’accueillir, prêt à offrir nos péchés et nos pauvretés pour que le Seigneur nous donne sa Vie en plénitude.  

Demandons la grâce d’avoir le cœur prêt au passage, la grâce d’une bonne mort et de la persévérance finale, comme nous le disons dans l’Ave Maria : « Maintenant et à l’heure de notre mort. » 

Entretien réalisé en partenariat avec RCF pour l’émission “Les sanctuaires normands” diffusée les mardis à 19h15 https://rcf.fr/spiritualite/les-sanctuaires-normands 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus lus

Notre-Dame Libératrice

Prière à Notre-Dame Libératrice

Prends en pitié tous nos frères défunts, spécialement ceux qui ont le plus besoin de la miséricorde du Seigneur. Intercède pour tous ceux qui nous ont quittés afin que s’achève en eux l’œuvre de l’amour qui purifie.

Lire l'article

Pardonner à un défunt, pourquoi ? comment ?

N’est-il pas trop tard pour pardonner à un défunt ? Comment s’y prendre ? Au micro de Guillaume Desanges pour RCF, don Martin nous rassure : le pardon est plus facile à donner à un défunt qu’à un vivant. À quoi sert-il de pardonner à un défunt […]

Lire l'article

A voir aussi

Inscription à
la fraternité

>

Poursuivez la lecture

Définition de l'enfer

Qu’est-ce que l’enfer ?

L’enfer existe, affirme l’Eglise catholique, car il est le refus libre de l’amour de Dieu. C’est un état de solitude absolue dans lequel les damnés subissent deux sortes de peines : la peine du dam et la peine du sens. Pour don Paul Denizot, l’existence de l’enfer est un appel à notre propre responsabilité.

Lire l'article
Les bienfaits du jeûne du carême

Les bienfaits du jeûne de carême

Et si le carême était l’occasion de redécouvrir les bienfaits du jeûne ? Pour faire de la place et stimuler l’amour, explique le père Charles Lenoir, chapelain à Montligeon.

Lire l'article
Du mercredi 14 février 2024 (mercredi des Cendres) au dimanche 31 mars 2024 (dimanche de Pâques), recevez chaque matin par mail une courte méditation de la Parole de Dieu et une résolution à vivre au cours de la journée.

Parcours de carême 2024, une méditation par jour

Comment se préparer pendant quarante jours à Pâques sans se décourager ? Les chapelains de Montligeon et les soeurs de la Nouvelle Alliance ont préparé pour vous un parcours de carême 2024. Une méditation par jour à lire et à écouter. Pour s’inscrire et recevoir le mail quotidien, c’est ici !

Lire l'article
S’inscrire à la newsletter