Jugement dernier, une bonne nouvelle ?

3 mai 2022

Don Pierre Gazeau
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Envoyer le code par e-mail Imprimer

Si certains appréhendent fortement le moment du jugement dernier, d’autres sûrement moins nombreux y voient une bonne nouvelle… Qu’est-ce que le jugement dernier ? Est-il normal d’en avoir peur ? Au micro de Guillaumes Desanges pour RCF, don Pierre Gazeau éclaire cette question eschatologique aux conséquences pratiques pour aujourd’hui.

Don Pierre Gazeau, avec Guillaume Desanges pour RCF.

Pourquoi est-on souvent mal à l’aise en pensant au jugement dernier ?

Peut-être parce que la justice sur terre consiste à punir des personnes qui ont fait le mal. Mais le jugement dernier est différent. À la fin des temps, Dieu posera son regard sur chaque chose. Lorsque nous jugeons un film ou un plat, nous pouvons estimer qu’il est bon. Cela nous donne une petite idée du jugement de Dieu qui appréciera chaque acte posé avec toutes ses conséquences. Ce n’est donc pas forcément une mauvaise nouvelle.

Est-ce un jugement personnel ?

A la mort, un jugement particulier se produit. Il concerne le choix que nous faisons d’être avec ou contre Dieu. Il est cohérent avec l’appel de Dieu qui nous accueille ou ne peut pas le faire en raison de la dureté de notre cœur. Mais après ce jugement particulier, nos actes continuent d’avoir des conséquences. Le jugement dernier récapitule à la fois nos actes et leurs conséquences mauvaises et bonnes dans le temps. Par exemple, quelqu’un qui crée une école meurt. Mais l’école continue de porter du fruit après sa mort. Le jugement universel le prendra en compte.

Cette perspective nous rend-elle plus responsable de nos actes ?

Le jugement dernier nous rappelle que nos actes ont des conséquences et qu’ils sont pris au sérieux. Le jansénisme a insisté sur le mal et ses conséquences. Ainsi, il a semé la croyance que Dieu est très sévère et la peur de son jugement. Mais le jugement de Dieu est plein d’amour et de vérité. Dieu est plus grand que notre cœur. Ce n’est pas nous qui nous jugerons, mais Dieu. Il verra tout et mettra tout en pleine lumière.

Si tous nos actes sont mis en lumière, alors tous les verront ?

Cette perspective peut effrayer mais elle est aussi très belle. Jésus dit dans l’évangile (Jn 3) : « Ceux qui font la vérité viennent à la lumière ». Cela montre que nous sommes libres dans nos choix et aussi que tout sera connu : « Ce que vous aurez dit à l’oreille dans le fond de la maison sera proclamé sur les toits » (Lc 12, 3).

Le bien que nous avons fait et aussi ses conséquences que d’autres auront pu apprécier, sera connu de tous. Ce sera gratifiant pour nous. Pour le mal, tous le verront mais ce ne sera pas avec un regard accusateur, plutôt avec un regard d’humilité. Cette personne a fait le mal mais elle s’est repentie, elle a demandé pardon, réparé sa faute et choisi Dieu. Face à une personne qui se convertit, nous ne sommes pas dans le jugement mais plutôt dans l’admiration de l’humilité de cette personne. Voyez le bon larron, qui le jugerait ? Personne ne considère ses méfaits mais au contraire reconnaît l’humilité avec laquelle il a demandé l’aide du Seigneur au dernier moment. Voilà notre regard au moment du jugement dernier.

Le jugement dernier servira t-il à combler le désir de justice présent en l’homme ?

Au jugement dernier, Dieu refait l’ordre. Dans le Credo, nous disons que nous attendons l’avènement du Seigneur dans la gloire. Dans ce retour, il y a le jugement, la résurrection des corps et le renouvellement du cosmos.

Nous avons tous besoin de justice. Quand on nous vole quelque chose par exemple, nous attendons qu’on nous la rende et qu’on nous demande pardon. Nous attendons que l’ordre soit rétabli. Mais sur cette terre, la justice des hommes ne parvient jamais à le faire. En cela, le jugement dernier est extrêmement bon, car Dieu vient restaurer le désordre causé par le péché et ainsi combler notre soif de justice.

Serons-nous récompensés pour ce que nous avons fait de bien ?

Le jugement définitif prend tout en compte et Jésus récompensera. De même qu’on reçoit un salaire à la fin du mois, nous recevrons une joie proportionnelle au bien que nous avons fait. Ce bien rejaillira et sera manifesté à travers notre corps glorieux.

Notre corps glorieux, reçu à la résurrection des corps manifestera qui nous sommes et aussi toute notre vie. Ce sera pour les autres, un motif de joie immense. Telle est la récompense donnée par Dieu à la fin des temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles les plus lus

Notre-Dame Libératrice

Prière à Notre-Dame Libératrice

Notre-Dame Libératrice Prends en pitié tous nos frères défunts,spécialement ceux qui ont le plus besoinde la miséricorde du Seigneur.Intercède pour tous ceux qui nous ont quittésafin que s’achève en euxl’oeuvre de l’amour qui purifie.Que notre prière, unie à celle de toute l’Église,leur obtienne la joie […]

Lire l'article
don Martin Viviès : voir ma vie avec les yeux de Jésus

Indulgence : voir ma vie avec les yeux de Jésus

Péché, contrition, pardon, indulgence… Quelles réalités derrière ces mots techniques ? Comment expérimenter concrètement ces notions dans ma vie et les transformer par l’amour de Jésus ? Explications de don Martin Viviès, chapelain au sanctuaire Notre-Dame de Montligeon. Pourquoi avons-nous besoin d’indulgences ? Nous avons besoin d’indulgences […]

Lire l'article

A voir aussi

Inscription à
la fraternité

>

Poursuivez la lecture

Myriam, la rencontre avec Montligeon

J’aimerais que quelqu’un m’attende quelque part !

Myriam est Mère de famille, ancienne professeur. Après un bref contact (par hasard) il y a 15 ans, elle revient à Montligeon avec les Pères de famille de sa paroisse cette année…

Lire l'article

Les morts nous voient-ils ?

Retrouvez le podcast de don Paul DENIZOT, recteur du Sanctuaire N-D de Montligeon.

Lire l'article

Faut-il encore veiller les défunts ?

Pour un grand nombre de nos contemporains, veiller un mort et en plus le veiller à la maison est une pratique morbide ou d’un autre âge. Pourquoi les veillées funèbres ont-elles disparu ? Que signifie la veillée des défunts pour l’Église ? Quel est son rôle ? Faut-il […]

Lire l'article
S’inscrire à la newsletter
X
X