Peut-on encore espérer quand tout s’effondre ?

5 mai 2022

Don Paul Denizot, recteur de Montligeon et Guillaume Desanges, RCF
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Envoyer le code par e-mail Imprimer

Crises climatiques, guerres, incertitudes économiques et politiques, drames personnels, deuils, ruptures… Quand tout semble s’effondrer autour de nous, l’espérance nous est-elle d’un grand secours ? Que faire quand la tentation du désespoir nous gagne ?

Don Paul Denizot, au micro de Guillaume Desanges pour RCF Orne-Calvados-Manche.

Qu’est-ce que l’espérance ?

Elle n’est pas l’optimisme qui est plutôt un trait de caractère positif. Elle n’est pas non plus l’espoir qui est une passion, une réaction émotionnelle devant un bien attirant mais difficile à obtenir.  Avec la foi et la charité, l’espérance est une des trois vertus théologales c’est-à-dire données par Dieu. Comme pour tous les dons reçus de Dieu, il ne s’agit pas de rester passifs mais de coopérer avec la grâce. Par exemple, c’est à moi de mettre  en actes le don de la charité et à moi de poser des actes d’espérance pour grandir dans l’espérance.

Nous connaissons tous des situations difficiles. Je suis allé récemment en République Démocratique du Congo. Face aux coupures d’électricité, au manque d’eau, à la crise du blé qui s’annonce, il y a de quoi être inquiet. Chez nous aussi la situation est apparemment moins grave, on ne meurt pas dans les rues comme à Calcutta, mais nous avons une très forte consommation d’anxiolytiques. Les fractures sociales, la solitude sont une autre forme de pauvreté. Ici comme là-bas, l’espérance est un combat à mener.

Comment cultiver l’espérance ?

J’entendais récemment des jeunes des générations Y et Z exprimer leur peur du réchauffement climatique. Même si leurs craintes sont fondées, il me semble que cela cache plus profondément une peur de l’avenir en général. L’espérance chrétienne affirme que l’avenir appartient à Dieu mais est-ce que nous y croyons ou pas ? Croyons-nous que Dieu est le maître du temps  et de l’histoire ? Pour espérer il faut donc commencer par faire un acte de foi : oui, je crois au retour du Christ en gloire et que le Seigneur va tout récapituler à la fin. 

L’espérance s’appuie sur une deuxième dimension : la certitude que le Christ est là, dans ma vie, malgré toutes les épreuves que je traverse et qui troublent mon cœur. Il l’a dit : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde »  (Mt 28, 20). Nous ne sommes jamais  seuls. Certaines vies sont apparemment des échecs, comme celles de ces martyrs du Japon, crucifiés parce qu’ils ont refusé de renier leur foi en Jésus. Ou encore comme celle de saint Maximilien Kolbe donnant sa vie pour sauver un père de famille et mourant dans le bunker de la faim. Ou encore comme celle de Jésus crucifié alors qu’il avait suscité tant d’espoirs !

A travers ces exemples et dans nos propres vies, l’espérance consiste à écouter le Seigneur nous dire : tu vas vivre cette épreuve avec moi et tu vas découvrir que c’est dans l’échec que je gagne, que je transforme le monde et que je répands mon amour sur le monde. Cela demande un acte de foi permanent.

Que faire quand la tentation du désespoir nous gagne ?

L’espérance est la vertu du combat. Elle se révèle dans nos épreuves : mort d’un enfant, d’un conjoint, échec professionnel, divorce, chômage, alcoolisme etc. Elle ne commence pas par nous replier sur nous-même car cela, c’est la tentation du désespoir. Le premier acte de l’espérance c’est d’abord de crier vers Dieu, qui me connaît, en reconnaissant ce qui traverse mon cœur, mon incompréhension, mes doutes, ma colère…. Les psaumes en sont une très bonne illustration : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? », « Seigneur, où es-tu ? », « Combien de temps les impies vont-ils triompher ? »

Dans une deuxième étape, dire au Seigneur que je ne veux pas lâcher sa main, même si je ne sens pas sa présence. Comme saint Pierre qui s’enfonce dans l’eau mais qui saisit la main de Jésus. Ou comme Jaïre, ce père de famille qui quitte le chevet de sa petite fille mourante pour aller supplier Jésus, malgré tous ceux qui lui disent : « A quoi bon… » Jésus lui dit : « Ne crains pas, crois seulement. »

Depuis le péché des origines, l’espérance est devenue âpre. Bernanos disait : « l’espérance c’est le désespoir surmonté ». C’est la vertu qui se manifeste dans les épreuves et qui permet de tenir quand tout s’effondre. Elle ose croire aux paroles de Jésus : rassure-toi, j’ai vaincu le monde, tout a un sens.

Des témoins d’espérance

Nous pouvons nous inspirer de ceux qui ont vécu cette vertu : la Vierge Marie par exemple qui voit son fils mourir en croix et qui consent. Le projet de Dieu lui échappe mais elle s’en remet au Seigneur. Et toutes ces figures bibliques qui sont autant d’exemples à imiter. Ici à Montligeon, nous rencontrons des champions d’espérance. Malgré tous les drames qu’ils traversent, ils nous disent : entre l’abîme et l’espérance, nous avons choisi l’espérance. En les regardant, nous pouvons attester que dans leur épreuve, Dieu était là.

Dans nos vies, nous avons tous à porter la croix. Jésus ne nous a jamais vendu la réussite. Il nous a prévenus : « Que celui qui veut me suivre, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive ». En regardant notre vie d’un point de vue humain, nous pourrions peut-être dire qu’elle est un échec. Mais en regardant nos épreuves à la lumière de la croix du Christ, nous pouvons discerner très mystérieusement qu’elles sont source d’amour et de vie.

Ne restez pas seul dans l’épreuve, venez à Montligeon retrouver l’espérance !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles les plus lus

Notre-Dame Libératrice

Prière à Notre-Dame Libératrice

Notre-Dame Libératrice Prends en pitié tous nos frères défunts,spécialement ceux qui ont le plus besoinde la miséricorde du Seigneur.Intercède pour tous ceux qui nous ont quittésafin que s’achève en euxl’oeuvre de l’amour qui purifie.Que notre prière, unie à celle de toute l’Église,leur obtienne la joie […]

Lire l'article
don Martin Viviès : voir ma vie avec les yeux de Jésus

Indulgence : voir ma vie avec les yeux de Jésus

Péché, contrition, pardon, indulgence… Quelles réalités derrière ces mots techniques ? Comment expérimenter concrètement ces notions dans ma vie et les transformer par l’amour de Jésus ? Explications de don Martin Viviès, chapelain au sanctuaire Notre-Dame de Montligeon. Pourquoi avons-nous besoin d’indulgences ? Nous avons besoin d’indulgences […]

Lire l'article

A voir aussi

Inscription à
la fraternité

>

Poursuivez la lecture

La communion des saints, ce trésor méconnu

La communion des saints qu’est-ce que c’est ? C’est comme une grande banque d’amour qui relie le Ciel, la terre et les défunts en purgatoire. Le Christ en est la tête et il désire nous faire participer au salut les uns des autres. La communion des […]

Lire l'article
Don Pierre Gazeau

Jugement dernier, une bonne nouvelle ?

Si certains appréhendent fortement le moment du jugement dernier, d’autres sûrement moins nombreux y voient une bonne nouvelle… Qu’est-ce que le jugement dernier ? Est-il normal d’en avoir peur ? Au micro de Guillaumes Desanges pour RCF, don Pierre Gazeau éclaire cette question eschatologique aux […]

Lire l'article
Olivier

La rencontre avec Olivier

Un soulagement et une grande fierté, voilà ce qu’a éprouvé Olivier en recommandant son père à Notre-Dame de Montligeon. Nous l’avons rencontré au sanctuaire. Depuis cinq ans, Olivier vient régulièrement à Montligeon avec la Communion Marie Porte du Ciel, un groupe de prière pour les […]

Lire l'article
S’inscrire à la newsletter
X
X