Quel est notre rapport au temps?

4 octobre 2022

2022-06-15-CE312-ITW-Evron-don-Jean-Remi-Lanavere-(C)-sanctuaire-Montligeon
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Envoyer le code par e-mail Imprimer

Quel est notre rapport au temps ? Le temps est-il un matériau dont nous pouvons disposer à notre guise ? Analyse de don Jean-Rémi Lanavère, prêtre de la communauté Saint-Martin et professeur de philosophie au séminaire d’Évron, pour la revue Chemin d’éternité.

Don Jean-Rémi Lanavère

Quel est notre rapport au temps ?

Notre rapport au temps est un peu contradictoire et se rapproche de notre manière de considérer les ressources dont nous disposons. D’un côté, notre monde est fasciné par ce que la ressource-temps a d’inépuisable : le temps s’allonge et semble pouvoir être étendu à l’infini. L’espérance de vie plus longue, le temps libre plus important l’attestent. Pour beaucoup de choses, nous avons l’impression que nous avons « tout le temps devant nous ».

D’un autre côté, beaucoup de personnes ont l’impression d’une raréfaction du temps, comme s’il s’était contracté. Aujourd’hui, nous vivons dans le régime de l’urgence. Par exemple en politique, tout est urgent : mesures d’urgence, états d’urgence, urgence climatique. Et qu’est-ce que l’urgence sinon le temps qui se compresse et qui se raréfie ?

Face à cette souffrance existe aussi une prise de conscience écologique du temps : l’aspiration à réaménager le temps pour qu’il ne soit plus un lieu de souffrance ou d’oppression, mais l’objet d’un rapport plus pacifié, qui prenne en compte le temps long et les « générations futures ». Nous voulons entretenir un rapport plus sain au temps, pour sortir de cette accélération que nous semblons subir.

À quoi l’accélération du temps dans nos sociétés est-elle due ?

Le pape y fait référence dans l’encyclique Laudato si’ (n°18). Les analyses d’Hartmut Rosa, philosophe et sociologue allemand sont aussi très éclairantes. Parmi ses explications à l’accélération du temps, la plus décisive pour lui est le fait que nous soyons dans un monde sécularisé qui ne se pense que par rapport à lui-même et non plus à un Tout-autre (Dieu). Ici, le temps n’est plus référé à l’éternité. L’accomplissement de la vie se fait uniquement dans le temps.

Qu’advient-il alors ? Si le sens de la vie n’est pas de s’accomplir dans l’éternité mais dans le temps, nous devons multiplier les expériences positives dans un temps fini pour être heureux. D’où cette accélération et une course sans fin pour élargir sans cesse les possibilités d’expériences.

Pour Hartmut Rosa, en multipliant les moyens techniques pour diminuer les inévitables frustrations entre ce que je peux faire et ce à quoi je dois renoncer dans un temps fini, on augmente les possibilités d’expériences et donc les renoncements obligatoires. Par exemple, la multiplication des chaînes de télévision augmente à la fois les possibilités de voir différents programmes et la frustration de ne jamais pouvoir tout regarder complètement.

De même en voyage, la volonté d’optimiser les vacances en font une source de stress plutôt qu’un moment de détente. C’est une spirale infernale. Les personnes ont le sentiment d’avoir de plus en plus de temps libre et elles souhaitent profiter au maximum. Cela crée des pressions contradictoires avec l’idée de bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles les plus lus

Notre-Dame Libératrice

Prière à Notre-Dame Libératrice

Notre-Dame Libératrice Prends en pitié tous nos frères défunts,spécialement ceux qui ont le plus besoinde la miséricorde du Seigneur.Intercède pour tous ceux qui nous ont quittésafin que s’achève en euxl’oeuvre de l’amour qui purifie.Que notre prière, unie à celle de toute l’Église,leur obtienne la joie […]

Lire l'article

Pardonner à un défunt, pourquoi ? comment ?

N’est-il pas trop tard pour pardonner à un défunt ? Comment s’y prendre ? Au micro de Guillaume Desanges pour RCF, don Martin nous rassure : le pardon est plus facile à donner à un défunt qu’à un vivant. À quoi sert-il de pardonner à un défunt […]

Lire l'article

A voir aussi

Inscription à
la fraternité

>

Poursuivez la lecture

Enquête Chemin d'Eternité

Offre spéciale pour l’abonnement à la revue

Abonner à la revue du sanctuaire de Monltigeon L’abonnement annuel, soit 6 numéros, est a 24 € en France métropolitaine (soit 5 €/trimestre) et à 26 € dans les DOM-TOM et à l’étranger (soit 5,5 € par trimestre).

Lire l'article
Assomption 2021, procession aux flambeaux

La dévotion populaire est toujours vivante

À Montligeon ou à Lourdes, je suis toujours émerveillé par la foi des pèlerins qui s’exprime par des dévotions, des gestes simples. Ces dévotions parfois moquées et que nous pensions voir disparaître sont plus vivantes que jamais. Pourquoi ? Analyse par don Paul Denizot. La […]

Lire l'article
Faut-il être baptisé pour être sauvé ?

Faut-il être baptisé pour être sauvé ?

Le baptême est la plongée dans la mort et la résurrection du Christ. C’est pourquoi le Christ et l’Église enseignent la nécessité du baptême pour être sauvé. Seul le Christ, par sa mort et sa Résurrection peut délivrer l’homme du péché et le faire participer […]

Lire l'article
S’inscrire à la newsletter